Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘lis martagon’

Les prairies d’altitude, l’été, sont un parterre de fleurs. Je les traverse sans rien y voir, le museau empli de parfums incroyables, précédée de nuages de papillons bruns ou bleus.

Une fleur se distingue nettement par sa hauteur et son élégance : c’est le lis martagon. Sa longue tige mince peut atteindre 1m50 ! Autour d’elle sont groupées de belles feuilles, longues et à la texture épaisse. Tout en haut, de gros bourgeons violets se préparent, le long de la hampe florale. Ils donnent, en juin et juillet, de trois à dix fleurs majestueuses.

Celles-ci regardent le sol et les marmottes lorsqu’elles sont ouvertes. Elles sont grandes, roses à pois violets, composées de six pétales qui s’enroulent sur eux-mêmes à maturité, et de six étamines d’un beau brun-orangé (assorti à mes oreilles). Attention, le pollen tache les moustaches ! De toutes façons, ça ne sert à rien d’approcher son nez, le lis martagon est parfait sauf… qu’il sent mauvais.

Bas les pattes, ne ramassez pas ces fleurs de lis, la cueillette en est règlementée !

Quand les fleurs se redressent et regardent vers le ciel, c’est qu’elles sont en train de pondre : elles préparent un fruit, une sorte de longue capsule. Ce fruit s’ouvrira par trois déchirures longitudinales pour laisser tomber ses graines.

Si cette longue tige résiste si bien, c’est qu’elle est solidement ancrée dans le sol : le bulbe du lis martagon s’enfonce un peu plus dans le sol chaque année, au fur et à mesure qu’il prend du poids (un peu comme les marmottes). Les rongeurs comme les humains peuvent se nourrir de ce bulbe. On raconte qu’un peuple d’Asie, les  rusés Itelmes, attendent que les souris aient stocké plusieurs bulbes, repèrent leur cachette et n’ont plus qu’à les récupérer ! En échange, ils ont coutume de laisser la même proportion de graines comestibles aux souris… Mmmh, ça me donne des idées….

Lis martagon – Lilium martagon – Famille des Liliacées

Publicités

Read Full Post »